Le retour des pygargues à tête blanche

bald eagles
Criss, Mike. “Pygargues à Tête Blanche En Alaska.” Bald Eagle, Britannica, www.britannica.com/animal/bald-eagle.

Nous savons tous que le pygargue à tête blanche est le symbole national des États-Unis. Donc, on pourrait penser que l’on voit ces oiseaux partout où l’on regarde, non? Malheureusement, ce n’est pas le cas. Lorsque le pygargue à tête blanche est devenu le symbole national en 1782, il y avait une population d’environ 200 000 aigles. En 1963, un an après que Rachel Carson ait expliqué les effets du DDT sur les pygargues à tête blanche dans son livre « Silent Spring », la population était de 834 individus. En moins de 200 ans, le rapace a failli disparaître.

De nombreux facteurs ont causé la quasi-extinction du pygargue à tête blanche. Les deux principaux sont l’abattage des aigle et l’utilisation du DDT. Dans les années 1940, les aigles et autres oiseaux de proie étaient constamment tués car ils étaient perçus comme une menace pour le bétail et la population de saumons. Il y avait même des primes pour les carcasses d’aigles. Les gens ne se souciaient pas trop du fait que la population de pygargues à tête blanche avait considérablement diminué. L’utilisation du DDT a été la cause la plus importante. Le DDT utilisé sur la végétation se retrouvait dans les rivières et les lacs, empoisonnant la plupart des espèces de poissons. Les aigles de mer, comme les pygargues à tête blanche, mangeaient les poissons et accumulaient du DDT dans leur systeme, ce qui rendait leurs œufs très minces. La plupart des œufs se brisent avant que le bébé ne soit prêt à naître, ce qui entraîne une mort prématurée. C’est ce qui a motivé la conservation du pygargue à tête blanche.

“Bald Eagle Development .” Juvenile & Immature Bald Eagles, Avian Report, www.avianreport.com/age-and-identify-a-juvenile-and-sub-adult-bald-eagle/.

En 1972, dix ans après la publication de « Silent Spring », non seulement le DDT a été interdit aux États-Unis, mais les pygargues à tête blanche ont été ajoutés à la loi sur le traitement des oiseaux migrateurs, ce qui en fait une espèce protégée qu’il est illégal de tuer. Un an plus tard, le pygargue à tête blanche a été officiellement déclaré espèce en voie de disparition. Au fil des ans, ce rapace a commencé à gagner en population et à vivre une vie plus longue et plus sain. C’est en 2007, près de 35 ans après avoir été déclaré espèce menacée, que le pygargue à tête blanche est retiré de la liste des espèces menacées, après que plus de 20 000 d’entre eux aient été observés dans la nature. Ils n’étaient que 834 en 1962. Grâce au militantisme environnemental et aux mesures prises par le gouvernement des États-Unis, la population de pygargues à tête blanche prospère à nouveau, ce qui en fait l’un des plus grands reussites dans la nature. Il est intéressant de noter que l’aigle n’a jamais été menacé en Alaska, puisque les habitants n’utilisé pas de DDT. C’est exactement ce que Rachel Carson a démontré dans le chapitre 12 de « Silent Spring ».

Bald eagle - Wikipedia
Morffew, Andy. “Bald Eagle Preparing to Fly at Kachemak Bay, Alaska, United States.” Bald Eagle, Wikipedia, 15 Mar. 2016, en.wikipedia.org/wiki/Bald_eagle#cite_note-1.

Il s’agit d’un grand moment de l’histoire de l’environnement, qui prouve que si nous faisons un petit effort, nous pouvons facilement conserver une partie de la nature. On peut désormais trouver des pygargues à tête blanche dans tous les États des États-Unis, et non plus seulement dans quelques-uns. Puisque nous avons pu faire revivre ces magnifiques créatures, quelle est la prochaine étape de la conservation de la nature ?

Sources:

4 réflexions au sujet de “Le retour des pygargues à tête blanche”

  1. Bonjour Imtiaz,

    Merci pour ton blogue. Je pense que c’est important de se rappeler des réussites qu’on a réalisé dans une période où on face de nombreux défis environnementaux, comme les changements climatiques. Tu mentionnes que le livre «Silent Spring» a mis en évidence les effets nocifs du DDT sur les pygargues à tête blanche. Si j’ai bien compris, c’est la raison pourquoi ils ont été ajoutés à la loi sur le traitement des oiseaux migrateurs aussi. En classe, on a vu que les personnes qui profitent des ventes du DDT comme les compagnies ou fabricants étaient en désaccord avec Rachel Carson, au nom de ses effets sur l’environnement. Sans sa publication, penses-tu qu’on aura su que l’espèce était en voie de disparition? Ainsi, si le livre n’a pas reçu le même montant de reconnaissance, les États-Unis auront-ils interdit l’utilisation du DDT? Je suppose la grande question est à quel moment est-ce que les humains décident de prendre action pour protéger l’environnement?

    Lucie

  2. Bonjour Imtiaz! J’ai adoré le sujet de ton blogue, il est très intéressant. Je n’étais pas au courant que cette espèce a dû subir de tels problèmes. Je suis très heureuse que ces aigles aient pu recevoir la justice de la part du gouvernement. En parlant de cela, une grande portion du public était en désaccord avec ce que Rachel Carson ait dit concernant le DDT et ses effets dans son livre « Silent Spring ». Avec cela en tête, pourquoi penses-tu que le gouvernement as choisi d’interdire le DDT et d’ajouter les pygargues à tête blanche à la loi sur le traitement des oiseaux migrateurs malgré la réaction du public? Aussi, tu as dit que les pygargues à tête blanche n’étaient pas menacés en Alaska puisque les habitants n’utilisaient pas de DDT. Est-ce que cela signifie que la majorité des 834 pygargues à tête blanche de l’année 1962 venait d’Alaska?

    1. Bonjour Michelle. Je suis vraiment heureux que mon blog vous plaise autant. J’ai également trouvé ce sujet très intéressant et j’ai donc été ravie de l’utiliser pour mon blog. Il a fallu du temps pour que le gouvernement interdise le DDT, environ 10 ans après la publication de « Silent Spring ». La raison pour laquelle est que ce pesticide était efficace contre la malaria et pour tuer les insectes nuisibles. Mais ils y avaient trop de consequences nefastes et l’Agence de protection de l’environnement, crée en 1970, a dû interdire ce produit chimique deux ans après sa création. La raison en est que les risques de cancer sont élevés et pleins d’animaux meurent à cause de ses effets. Pour votre deuxième question, il s’avère que les 800 aigles vivant aux États-Unis à l’époque excluaient l’Alaska et Hawaï . Hawaï n’avait pas d’aigles à tête blanche et l’Alaska avait la plus grande population d’aigles à tête blanche au monde. Environ la moitié de la population mondiale de pygargues à tête blanche vit actuellement en Alaska. Dans les années 1960, on comptait environ 20 000 pygargues à tête blanche en Alaska. Aujourd’hui, on en compte environ 30 000. Donc oui, la majorité des oiseaux vivaient en Alaska, mais c’était un nombre bien plus élevé que 834.

  3. Bonjour Imtiaz. J’avais déjà entendu que les pygargues à tête blanche étaient en voie de disparition, mais j’en ignorait les causes. C’est très intéressant de voir comment les DDT ont eu un effet aussi néfaste sur l’environnement ainsi que le fait que de nombreuses personnes tuaient cet oiseau malgré le fait qu’il est le symbole de leur pays. Cependant, tu expliques très bien l’histoire de la quasi-extinction de cet aigle, et la réponse sociétale à sa menace d’extinction. Cependant, quelle était la raison que les gens ont décidé de sauver cet aigle alors qu’ils ont passé autant de temps à les tuer pour protéger leurs saumons? Qu’est-ce qui a incité le changement?

Laisser un commentaire