La meilleure piste à suivre pour obtenir un emploi à mon stage de formation

Cet été, je passe presque tout mon temps sur mon stage de formation – un coop en ligne. L’emploi qui se rapproche le plus à ce que je fais à mon coop en ligne, serait probablement un poste de recherche scientifique similaire à celui de virologiste.

Image pris de Google: https://wallpapercave.com/wp/wp2189205.jpg.

Vous vous demandez comment devenir virologiste? Eh bien, d’après ma recherche, il semble que la piste éducative idéale pour détenir ce genre de profession serait l’université.

La première étape c’est de recevoir son baccalauréat. Pour cette étape initiale, généralement, la spécialisation n’est pas trop importante. Toutefois, un baccalauréat dans une discipline de science comme la biologie ou la chimie est plutôt encouragée – puisque cela facilite la transition dans les prochaines années d’étude.

Après obtention d’un baccalauréat dans un sujet qui vous intéresse vient le besoin d’une maîtrise. Là on entre enfin dans la spécialisation virologiste. Un nombre d’universités canadiennes offrent cette maîtrise, dont McGill et l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. Ces mêmes universités offrent aussi des programmes de doctorat en virologie – une nécessité après obtention de la maîtrise.

Campus de McGill. Image pris de Google: https://www.macleans.ca/wp-content/uploads/2018/09/MAC54_UNIRANKINGS_TOPSCHOOLS02-810×445.jpg.
Campus de l’UÎPÉ. Image pris de Google: https://iaesydney.cdn.prismic.io/iaesydney/096c54481c9e2b21e2323d230092f2b6f0238a0c_upei_1920x700.jpg.

Suite à des années d’études ardues, ce n’est pas encore terminé! Il faudrait alors, encore trois à cinq années d’expérience en recherche scientifique postdoctorale pour finalement se certifier comme virologiste.

Et voilà! Vous êtes virologiste! Malade, hein?


Bibliographie

Become a Virologist: Education and Career Roadmap. https://study.com/articles/Become_a_Virologist_Education_and_Career_Roadmap.html (accédé juillet 31, 2019).

Gare au Gatorade!

Imagine que tu reviens d’une longue journée de travail épuisante. Tu es sur le point de t’écrouler sur le divan, face première, quand tu décides de te verser une bonne boisson glacée. Alors, tu te rends au frigo, où tu te choisis un Gatorade bleu très délicieux.

Ton Gatorade bleu très délicieux. Mmm tu vas te régaler! || Source: https://www.dollargeneral.com/media/catalog/product/cache/image/beff4985b56e3afdbeabfc89641a4582/0/0/00052000320169_0.jpg

Assoiffé, tu prends directement une longue gorgée de Gatorade, tout en te dirigeant vers le divan. C’est là que tu te rends compte que ton « Gatorade bleu très délicieux » n’est pas réellement un « Gatorade bleu très délicieux »!

Surprise! Tu viens de boire une gorgée entière de détergent à lessive!

Bravo! Tu es sur le point de mourir d’un empoisonnement intentionnel! Comment te sens-tu? || Source: https://media.allure.com/photos/5d040a1127409f24875d1246/16:9/w_1280%2Cc_limit/laundry-detergent-lede.jpg

Là tu te rappelles soudainement que la journée d’avant, tu avais décidé de placer le contenu restant de ton détergent à lessive dans une bouteille de Gatorade vide, parce que cela te semblait super pratique. Et que par la suite, tu avais décidé de mettre le tout dans ton frigo, parce que… pourquoi pas? Accès facile? Paresse? Qui sais? Certainement pas toi, parce que là tu te retrouves sur le sol, main sur la gorge, prêt à mourir! Et tout cela pour un « Gatorade bleu très délicieux ».

Mal en point? Il se peut que ça soit votre détergent!
Ton détergent pourrait très bien être la cause de ta mort inopportune.

Veiller à l’entreposage approprié des produits ménagers dans la maison est une mesure de sécurité tout aussi importante pour le bien-être des adultes que celui des enfants. Comme vous avez sûrement pu remarquer dans le petit scénario de mise en contexte, un entreposage inapproprié pourrait très facilement mener à des situations très malheureuses.

Un entreposage inapproprié pourrait très facilement mener à des situations très malheureuses… dont notamment, la mort.

Un bon entreposage consiste de trois conditions essentielles…

  1. Garder les produits chimiques dans leur emballage original : Les produits chimiques doivent être clairement identifiables afin d’éviter la confusion.
  2. S’assurer que les produits chimiques sont gardés hors de la portée des enfants : Les produits chimiques ne devraient pas être facilement accessibles par les jeunes enfants qui n’ont pas nécessairement la capacité de comprendre qu’ils sont dangereux.
  3. Éviter d’utiliser des emballages attrayants aux enfants : Éviter les produits chimiques qui pourraient être excessivement attrayants aux enfants et jeunes.

… qui pourraient se résumer en une règle d’or :

*Respecter les instructions et mises en garde qui se trouvent sur l’emballage des produits!!!*

Tout se trouve derrière le contenant!

Étude de cas 1 : DCDC (Détergent Cascade Dans Cuisine)

Mauvais : Ici on retrouve un contenant de détergent Cascade, placé juste en-dessous de l’évier dans la cuisine pour le bénéfice d’accessibilité. Évidemment, ce n’est pas très intelligent d’entreposer une substance chimique où elle pourrait très facilement être accédée par les petits-enfants-pas-très-savant; quand le même effet pourrait être atteint en le plaçant directement au-dessus de l’évier!

Bon : Une chose qui a très bien été faite, à part le maintien de l’emballage original; les mises en garde derrière le contenant préviennent qu’il est très dangereux de mélanger ce détergent avec d’autres produits. Comme vous pouvez le voir, les propriétaires ont bien fait de disposer leur détergent Cascade à part d’autres produits – limitant la chance qu’un mélange non voulu survienne!


Étude de cas 2 : Une bouteille de détergent à lessive A&W A&H

Mauvais : Identique au dernier cas, ce contenant de détergent à lessive est juste à la portée des enfants. Même défaut, même remarque : pourquoi ne pas garder le détergent dans les armoires au-dessus de l’évier, et non à moins de dix centimètres du sol?

Bon : Voici un cas qui respecte bien la règle numéro 3! Oubliez les Tide Pods (qui ont d’ailleurs l’air tellement délicieux) – optez plutôt pour un design jaune pipi super laid qui détournera sûrement les yeux des jeunes de cinq ans (et vous inclus).

Yum. || Source: https://mediadc.brightspotcdn.com/dims4/default/a106930/2147483647/strip/true/crop/2290×1322+0+0/resize/2290×1322!/quality/90/?url=https%3A%2F%2Fmediadc.brightspotcdn.com%2F90%2F61%2Fc90fcb0133969ce9f0d80b5b26e8%2Fddf7b04cfe922fb69444397ca2efc3be.jpg

Étude de cas 3 : Les triplés Purex

Mauvais : Encore une fois, beaucoup trop accessible. Pourquoi est-ce que les produits chimiques super dangereux se trouvent-ils sur l’étagère la plus basse, alors qu’ils pourraient facilement remplacer les rouleaux d’essuie-tout sur celles d’en haut?

Bon : Pour empirer les choses, en déplaçant les contenants de Purex, j’ai découvert le petit visage souriant d’un bébé sur une boîte entière de Pampers. Aucune explication n’est nécessaire – le placement de ces trois bouteilles de Purex est tout simplement horrible.


Étude de cas 4 : Purex

Bon : Finalement, un exemple modèle qui diffère grandement des trois autres cas. En plus de respecter la règle de l’emballage original, ce contenant Purex se trouve enfin à une distance plus ou moins acceptable du sol. Pour atteindre la bouteille de produits chimiques dangereuse, j’ai dû escalader un total d’une chaise, deux boîtes grand format, mon manuel de chimie, trois livres empruntés de la bibliothèque municipale et une boîte d’ampoules. Prenant en considérant le fait que j’ai commencé à suer après cette escalade impromptue, je dirais que la bouteille de Purex a été placée assez haut.

Mauvais : Malgré le fait que j’ai du mal à imaginer qu’un enfant puisse atteindre le détergent de lessive Purex, son placement limite beaucoup son accessibilité; ce qui pose un nouveau problème de sécurité. Si en montant par-dessus un chaise et une pile de livres, vous avez la malchance de perdre équilibre et basculer du haut de votre petite montagne; vous risquez de faire tomber le contenant et verser son contenu chimique dangereux.


Et voilà! Vous avez maintenant tout ce qui est nécessaire pour effectuer un entreposage responsable, efficace et sécuritaire des produits ménagers qui se trouvent dans votre maison!

Scott Mabury et la chimie environnementale

Scott Mabury || Source: https://thevarsity.ca/wp-content/uploads/2014/11/Scott-Mabury-Mallika_Makkar-9245.jpg

La chimie environnementale est un domaine de la science qui, comme son nom le suggère, combine la chimie et l’étude environnementale dans une discipline d’étude commune. Contrairement à la « chimie verte », la chimie environnementale n’a pas nécessairement un objectif ou un agenda ancré dans la recherche de solutions durables et écologiques. Plutôt, elle est « l’étude des processus chimiques se produisant dans l’environnement qui sont affectés par les activités de l’homme », comme définie par la faculté de chimie environnementale de l’Université de Toronto.

Eh oui, l’Université de Toronto possède toute une faculté dédiée entièrement à l’apprentissage et à la recherche dans ce domaine scientifique!

Scott Mabury est un parmi un nombre très limité de professeurs de la chimie environnementale qui enseignent à l’université très prestigieuse de Toronto. Il se démarque non seulement par une liste extensive d’accomplissements impressionnantes qui lui sont attribuées, mais aussi par le fait d’être le premier à joindre la faculté de la chimie environnementale de l’Université de Toronto en 1995 avec un doctorat en chimie agricole et environnementale de l’Université de Californie à Davis.

Cela n’est pas tout. En plus d’être professeur de la chimie environnementale pour plus de 23 ans (Septembre 1995 – Présent), Mabury est aussi présentement vice-président des opérations universitaires de l’Université de Toronto depuis près de huit ans (1er janvier 2012 – Présent). À travers son parcours comme faculté à l’institution universitaire, il a déjà opéré sous nombreux titres officiels, dont : directeur du laboratoire analytique pour la recherche en sciences de l’environnement, président associé du premier cycle et directeur du département de chimie.

Une sélection de publications par Scott Mabury. De https://www.chem.utoronto.ca/ppl/faculty_profile.php?id=35.

Avec plus de 180 articles scientifiques publiés à son nom ou par ses étudiants, le professeur Mabury se classe parmi le top 1% des scientifiques les plus cités au monde. Il détient ce titre depuis 2014, comme témoigné par le nombre de fois que ses recherches et travaux ont été cités. Ceux-ci ont touché à une pléthore de thèmes, tels que l’avenir de l’environnement, la disposition et la persistance des produits agrochimiques, pharmaceutiques et produits chimiques industriels. Actuellement, ses recherches portent sur un nombre de sujets environnementaux divers très intéressants, dont particulièrement :

Photochimie de l’environnement : La capacité de la lumière solaire d’effectuer un « nettoyage naturel » sur les corps d’eau de la Terre, à partir de la génération d’oxydants réactifs.

Composés fluorochimiques : L’influence de la présence du fluor dans des produits industriels et agrochimiques comme un composé structurel, sur la persistance de ces produits dans l’environnement.

Particules atmosphériques : Le gain d’une compréhension plus approfondie du fonctionnement des oxydants dérivés du soleil, afin d’élaborer des solutions visant à limiter la persistance de polluants aquatiques.

Les contributions de Scott Mabury au domaine de la chimie environnementale ne sont pas uniquement spécifiques à la communauté relativement petite de l’Université de Toronto, mais jouent plutôt un rôle éducatif clé sur le sujet de la chimie environnementale à l’échelle mondiale. À travers son dévouement et sa passion persévérants et continus, Mabury prouve qu’il y a tout un monde dans la chimie environnementale à découvrir, étudier et apprécier.

To Save a Life

Question: La formation premiers-soins devrait-elle être obligatoire pour tous les citoyens du Canada?

Source: https://images.app.goo.gl/YYYf6eGfJevuLKNQ9

About half of all Canadians have had experience in first aid training sometime in the last five years, according to The Canadian Red Cross – a number that some consider to be worryingly small.

The question of whether or not first aid training should be made mandatory in Canada has been a much-debated subject over the past few years. The topic isn’t just a dilemma over here either, countries all over the world remain divided over the relevancy of first aid training as an obligated certification for its citizens! Still, the question remains: should first aid training be made mandatory for all Canadian citizens?

When looking at its pros, first aid training presents itself pretty well. From splinting an arm to doing CPR (cardiopulmonary respiration) or from bandaging a scratch to dealing with life-threatening bleeding, first aid training offers a large and versatile set of skills that have the potential to save another person’s life… if not your own. Although first aid training is usually thought to be especially of use in workplace environments (specifically for jobs that require physical handling, such as working in an assembly line), skills learnt from a first aid training certification can come to play at any other time of the day: while attending school, spending time with friends and family, or even while not doing anything in particular.

An assembly line at Ford. || Source: https://images.app.goo.gl/uwzmdvgJfmPGxWmL7

But what about the cons? Well aside from concerns related to cost (first aid training usually costs anywhere from 25$ and 200$), time consumption (first aid training can take anywhere from three hours to two days to complete), and a series of unfounded fears – namely of being forced into helping someone in need when you are still unsure of your skills (don’t worry, you are not legally obliged to give first aid, even if you are certified); there really aren’t all that many negatives. In reality, the only thing truly stopping all Canadian citizens from getting comfortable with these valuable life skills, is a matter of accessibility.

Considering both the positives and negatives (or absence thereof) that usually arise from such a training, I strongly believe that the matter of first aid training as a mandatory certification shouldn’t even need to be debated. Instead, the Canadian government should be making it their mission to make first aid training more accessible to Canadian citizens. First aid training – which in many ways, is a basic human right – should be seamlessly integrated into our daily lives as common knowledge.

Doing so is easy. Why not find a way to integrate first aid training into the curriculum? What about fitting it into physical education, alongside sex education? Why not begin funding first aid training courses for all workplaces? Why not work towards creating community resources catered towards first aid, for all Canadian municipalities? Making first aid training more accessible may come at a cost, but it is a small price to pay for the gift of life.

Conquering the Peak

Question: The novel The Spawning Grounds includes many examples of symbolism. Think of a symbol (object/animal with larger significance) from another book or film that you found interesting. Explain its meaning and its significance to you (why you think it’s memorable).

Source: https://images.app.goo.gl/NjizswG6tZHDi7En9

While few would dare to compare Isao Takahata’s 1973 animated movie, Panda no Daibouken, to his 1988 masterpiece, Grave of the Fireflies, it would be a crime not to acknowledge the beauty of this nostalgic classic.

Panda no Daibouken, also known as La gran Aventura de Panda, Las aventuras del osito panda, Les Aventures de Panda, Orsetto Panda e gli amici della foresta, The Panda’s Great Adventure, and my personal favorite, 熊猫历险记; is a Japanese animation that tells the story of a young panda prince who is forced to leave his mother’s kingdom and embark on a long journey that sees him captured by a circus. Now, while the synopsis may sound exceedingly silly when put so simply, from the perspective of someone who has cried – without fail – every single time she has watched the Chinese version of Panda no Daibouken, I can assure you that the actual film is absolutely stunning.

Source: https://images.app.goo.gl/UFpq2qxUoC86kZRm7

In 熊猫历险记, Lang Lang, the panda prince and king-to-be, must prove himself worthy of the crown, by climbing to the top of a huge waterfall. However, when he fails to do so – managing only to reach the second rock, before tumbling to the ground – his mother is forced to ban him from the kingdom.

Source: https://www.youtube.com/watch?v=ae6Zxj212cE , as uploaded by Shenman1221.
Trust me, the French version does not do the film justice. The Chinese title manages to drive the emotion to a climax; pairing the beautiful symphony with marvelous voice acting (the mother’s voice is particularly soothing) and a beautifully-translated dialogue.

Only after having adventured on his own, and grown and matured from his experience outside of the kingdom, does Lang Lang finally come home to once more, attempt the steep climb up the waterfall. The heart-pounding scene ends with Lang Lang reaching the very top of the falls, successfully claiming his title as king.

Source: https://images.app.goo.gl/W7WwrPdaz4KxA6Rm7

The waterfall in this lovely animated movie is a very prominent and obvious symbol that is both central to plot development, and character development. It represents courage, growth, and the power needed to become king. It represents overcoming fear, reaching a certain maturity, and bettering oneself in order to lead a nation (or in this case, a kingdom).

Lang Lang starts off as a weak and cowardly prince – unable to fend for himself, and always relying on his mother’s helping hand. His inability to climb the waterfall is not just predictable, but further proof of his cowardice and incompetence as king.

Source: https://images.app.goo.gl/PDZJDATHJAvvgq799
Source:https://images.app.goo.gl/qKyadsdedxtWuCFfA

Only after a long journey towards courage, independence, self-discovery, and ultimately, growth; does Lang Lang succeed in climbing the falls. In this instance, the waterfall once again takes on significant meaning – the conquering of fear, the overcoming of cowardice – emphasizing the gradual changes we see in the little prince. As he stands, proud and confident, above the falls, it becomes unquestionable that he is the suitable, rightful ruler of the kingdom.

Source: http://deserial.com/gotoimg/aHR0cDovL2NhdHNzcGF0LmR5bmRucy5vcmc6MjA4MC9hbmltZS9QYW5kYV9ub19EYWlib3VrZW4vRFNURC0wMzIwNS9wYW5kYV9ub19kYWlib3VrZW5fNl83MjB4NDgwLmpwZw/

Funnily enough, the waterfall only really appears in two scenes – the very beginning, and the very end. Yet, perhaps because of this sparing use, it manage to firmly root itself as a driving element of the story. The entire plot, really, revolves entirely on the waterfall; or rather, the conquering of the waterfall. Due to its symbolic significance, reaching the top of the falls becomes much more meaningful, than just simply climbing up a few rocks. All at once, they become symbolic of everything Lang Lang fights for, who he grows to be, and the very heart of the story.

With striking symbolism, beautiful animation, and of course, a hint of nostalgia, 熊猫历险记 has conquered my heart, and proven itself as a masterpiece; worthy in its own rightful way.

Saltwater Collective: Une mission ambitieuse

Présentation d’une entreprise circulaire présente au Green Living Show 2019.

Quand on pense aux polluants plastiques retrouvés dans les océans, ou à la composition du Great Pacific Garbage Patch, on prend souvent note de bouteilles d’eau ou de pailles en plastique. La plupart des gens sont alors surpris d’apprendre que c’est en fait le filet de pêche qui est coupable – dans tous les deux cas. Ce dernier compte pour près de 50% de toute forme de plastique retrouvé dans nos océans[1], et se place au premier rang quant à sa fréquence chez la plaque de déchets du Pacifique.

Une tortue soumise à l’emprise d’un filet de pêche.

Face à des situations imminentes telles que celles-ci, le besoin pour une économie et un système circulaire se fait indéniablement clair. C’est là que des entreprises comme Saltwater Collective – une compagnie non seulement innovatrice, mais aussi très circulaire – vient en jeu.

Saltwater Collective, fondée par Camilla James, est une marque canadienne qui se sert uniquement d’ECONYL Yarn pour produire des maillots de bain pour femme. Ce type de matériel est régénéré à partir de filets de pêche qui seront autrement délaissés au bord de la mer, ou déversés dans des sites d’enfouissement. Leurs maillots de bain, produits entièrement à partir de filets de pêche, représentent donc l’idéal devancé autant bien que mal par l’économie circulaire – où toutes ressources utilisées et produits créés sont incorporés à 100% dans un cycle d’usage continuel.

C’est ainsi qu’en vendant un maillot de bain à la fois, Saltwater Collective réussit ce que peu d’entreprises ne peuvent que rêver d’accomplir : vendre un produit alléchant tout en préservant l’environnement.


Visitez le site web officiel du Saltwater Collective: https://www.thesaltwatercollective.com/


[1] “Straws Aren’t the Real Problem. Fishing Nets Account for 46 Percent of All Ocean Plastic.” Mercy For Animals, 29 June 2018, www.mercyforanimals.org/straws-arent-the-real-problem-fishing-nets.

Ça sent les ordures, dans les rues d’Alberta

Question: Présente un profil d’une entreprise ou d’une ville qui participe à l’économie circulaire.

L’homme rêve de se trouver derrière le volant d’une voiture volante depuis le tournant du 20e siècle. Bien que nous ne sommes pas encore arrivés à ce point-là, les prouesses d’ingénierie automobile qui apparaissent de jour en jour (c’est une exagération, mais bon; vous comprenez) nous rapprochent peu à peu, à ce rêve ambitieux. Parmi ceux, qui aurait pensé pouvoir manier quotidiennement une voiture alimentée par des ordures?!

Le fier propriétaire de cette invention révolutionnaire est une entreprise canadienne (d’Edmonton, Alberta) nommée Enerkem. En gros, Enerkem se sert de matières non-recyclables (qui sont généralement à base de carbone) qu’ils convertissent en éthanol cellulosique, en biométhanol et autres produits chimiques renouvelables. À part sous-entendre d’énormes avantages en termes d’usage de biocarburants et de gestion de déchets, le tout est aussi extrêmement efficace! Le processus de conversion total ne dépasse pas les cinq minutes – incroyable![1]

À Edmonton (Alberta), Enerkem opère une usine commerciale à grande échelle en travaillant directement avec la ville. À travers les opérations d’Enerkem, la ville d’Edmonton réutilise 90% de ses déchets et empêche plus de 100’000 tonnes métriques d’ordures d’être déchargées à chaque année! De plus, la conversion de déchets permet grandement de diminuer les allers-retours des camionnettes qui devaient se rendre à Ryley, Alberta pour décharger les ordures de la ville. Enfin, en plus de tous ces atouts, Edmonton profite également d’une réduction évidente d’émissions de gaz à effet de serre liées à la production de méthane par les déchets qui pourrissent dans la décharge.[2]

Enerkem Alberta Biofuels (Edmonton, Canada).

Malgré le succès d’Enerkem à Edmonton, le carburant-déchet n’est pas encore populaire à Toronto – le prétendu leader de l’économie circulaire canadienne.

Mais qu’attendons-nous?


[1] “From Waste to Cellulosic Ethanol, Biomethanol | Disruptive Technology.” Enerkem, enerkem.com/

[2] McLachlan, Codie. “Five Minutes from Trash to Ethanol: Edmonton’s Long-Delayed Enerkem Plant Explained.” Edmonton Journal, 20 Feb. 2018, www.edmontonjournal.com/business/local-business/five-minutes-from-trash-to-ethanol-edmontons-long-delayed-enerkem-plant-explained.

Plot Perfect

Question: Analyze the plot of a well-known film or novel to show how it fits the Hero’s Journey and/or the standard character types presented by Herbie.

Every great movie follows a certain structure known as “The Hero’s Journey”. To get a sense of how this applies, I’ll be taking a look at one such great movie: Pitch Perfect.

1. Hero at rest

Our story starts with our hero, Beca Mitchell, on her first day at Barden University.

2. Call to action

At the Activities Fair, Beca ends up at an a cappella group’s booth; the Barden Bellas’. She meets Aubrey and Chloe, who try (but fail) to persuade Beca to audition.

From left to right: Beca, Aubrey, Chloe.

3. Reluctant Acceptance

Convinced by her dad’s proposal to join one club on campus, and a timely run-in with Chloe in the dorm showers, Beca decides to show up for auditions.

Beca kills the audition with her « Cup Song ».

4. Introduction to villain

We are officially introduced to our big bad, Aubrey Posen – a bossy control freak, and leader of the Bellas – at the Bellas’ initiation.

5. First Battle

The Bellas perform their usual snooze-fest at the ICCA semi-finals. Sensing the crowd’s boredom, Beca decides to improvise. Though Beca prevented them from truly losing face, Aubrey accuses her of sabotage.

6. Hero defeat

As the third place, the Barden Bellas can’t make it to finals. Having quit a now disbanded Bellas, Beca is alone.

Beca feeling lonely over the spring break. 🙁

7. Rebuild

With the help of sheer luck, the Bellas are reinstated for finals.

8. Second battle

Beca pleads with Aubrey; begging her to take her back as a Bella.

Fast-forward to 1:34.

9. Villain defeated

Aubrey accepts, relinquishing her position as leader to Beca. The Bellas are reborn.

The Bellas finding their sound – led by their new leader, Beca.

The reformed Bellas finally have what it takes to win nationals.

The momentous final performance showcases the Bellas with a new leader and (finally!) new song arrangements.

10. Hero returns changed by adventure

We find Beca and the Bellas six months later at auditions, as the most recent ICCA national winners.

Winners of the International Championship of Collegiate A Cappella.

Pitch Perfect is but one great example of the Hero’s Journey. Can you think of others?

Why Taylor Swift Is a Force (And a Leader!) to Be Reckoned With

Question: Un musicien ou athlète professionnel est-il/elle considéré un leader?

When it comes to naming powerful women in important leadership positions (or any great leader, for that matter), the first thing for me that comes to mind, is Taylor Swift. Now, I’m well aware that this may not be as apparent to others as it is to myself. However, I firmly stand by my claim that Taylor Swift, the 29 year old American singer-songwriter, widely known as a controversial hot topic, is well worth the title of “One of the greatest female leaders of our time.” Here’s why.

Source: https://goo.gl/images/JALZN7

While the typical commoner only knows her as the prominent narrator of stories about broken hearts, hardships, and falling in love, a simple web search (e.g., “taylor swift leader”) points otherwise: Taylor Swift is as much an icon of the musical industry, as she is a global activist, and leader. She has consistently spoken up against people and tech giants alike (such as Apple and Spotify), effectively raising her voice on behalf of her values and the needs of others. Going as far as taking all of her songs off of Spotify for a few years to make her demands clear, Taylor Swift’s penchant for action above words is an admirable quality for any good leader – allowing her to inspire her many followers spread globally, to speak up for what is right, and for the things they value.

What with news articles sporting titles from “6 Reasons Taylor Swift is a World Leader1” to “Taylor Swift is one of the ‘World’s Greatest Leaders,’ according to ‘Fortune2‘” and “Taylor Swift deserves the leadership praise she’s getting3”, it seems quite fair to say that Taylor Swift is a musician worthy of being classed as “the world’s sixth greatest leader*”.

*According to “Fortune” (2015).

News, ABC. “Taylor Swift Barbra Walters Interview | Barbra Walters Most Facinating People | ABC News.” YouTube, YouTube, 15 Dec. 2014, www.youtube.com/watch?v=P-TFhUq3otQ.

1. Lloyd, Kevin. “6 Reasons Taylor Swift Is a World Leader.” LeadBravely.org, LeadBravely.org, 28 Mar. 2015, www.leadbravely.org/blog/2015/3/28/ts.

2. “Taylor Swift Is One of the ‘World’s Greatest Leaders,’ According to ‘Fortune’.” EW.com, EW.com, www.ew.com/article/2015/03/26/taylor-swift-one-worlds-greatest-leaders/.

3. McGregor, Jena. “Taylor Swift Deserves the Leadership Praise She’s Getting.” The Washington Post, WP Company, 24 June 2015, www.washingtonpost.com/news/on-leadership/wp/2015/06/24/taylor-swift-deserves-the-leadership-praise-shes-getting/?noredirect=on&utm_term=.9e83d2a41393. s